frendeites

Architecture

Le Collège Port Marianne : un marqueur écologique exemplaire pour Montpellier (A+Architecture)

Labellisé bâtiment durable Occitanie, le collège Port Marianne incarne les enjeux de l’époque. Au...

Logements collectifs en Restanques à Montpellier par l’Agence Clausel-Borel architecte

Le projet regroupe  50 logements collectifs dont 10 logements sociaux ( Promologis) avec un niveau...

Une écriture architecturale épurée, rassurante et durable pour le Village des Solidarités par A+Architecture

À Marguerrites, dans le Gard, le Village des Solidarités transcrit spatialement, constructivement et...

Arts

Pierre-Luc Poujol : cet artiste à l'âme d'architecte

Influencé par les racines paysannes de son grand-père agriculteur et bercé par l’environnement...

Félins : la grande exposition de printemps du Muséum national d’Histoire naturelle

En 2023, le Muséum national d’Histoire naturelle met à l’honneur une exceptionnelle famille...

Le projet artistique de Barthélémy Toguo pour la future ligne de tramway de Montpellier

Barthélémy Toguo travaille depuis longtemps sur les relations homme/nature, que ce soit sous les...

Design

Le studio Alex March signe une maison, hommage à l'art et au design

Située dans le quartier de Turó Park (Barcelone), cette maison aux dimensions généreuses, a été...

Collaboration Delisle x Wilmotte : vision futuriste x savoir-faire d’exception

C’est dans le cadre de la réhabilitation de l’hôpital Richaud de la ville, construit au XVIIIe...

ovre.design® pour le relooking complet de l’hôtel Salus, à Jesolo, en Italie

À Jesolo, en Italie, l'hôtel Salus est un établissement familial, situé à proximité immédiate de...

Intérieur

Sandra Benhamou pour un appartement familial dans un immeuble haussmannien

Sandra Benhamou signe un appartement situé au cinquième étage d’un immeuble haussmannien à...

Pierre Yovanovitch pour la scénographie du nouvel Opéra Rigoletto au Theater Basel en Suisse

C’est à Pierre Yovanovitch, invité par le metteur en scène Vincent Huguet, que l’on doit la...

Monbleu Père Lacheese par Mur.Mur Architecte

Après un restaurant-fromagerie aux abords des Grands Boulevards, après un petit comptoir de...

Abonnement Newsletters
Logo-ML SiteADC

d'architectures en kiosque

 
 da304

Décidément, si les restaurants de cuisine fusion ou proposant des cartes healthy poussaient comme des champignons dans toute la capitale, on assiste depuis quelque temps à un second souffle des bouillons parisiens, ces restaurants popu' du début du siècle dernier aux intérieurs alternant dorures et œuvres murales type Mucha au brouhaha réconfortant. Après le bouillon Chartier et le bouillon Pigalle, c'est au tour de la rue du Faubourg Saint-Denis d'effectuer un retour dans le temps significatif.

Sous la houlette du concepteur britannique John Whelan, fondateur du studio The Guild of Saint Luke, la célèbre institution retrouve sa splendeur d'origine, entre esthétique léchée et authenticité assumée. Réel spécialiste de la réhabilitation de brasseries françaises, le maître d'œuvre se cache également derrière le groupe de restauration « Les Grandes Brasseries de l'Est », un ambitieux projet de rénovation de 15 brasseries, allant de Reims à Nancy en passant par Strasbourg. Qui d'autre donc pour entreprendre la résurrection de ce qui fut autrefois le quartier général de la Môme Piaf ?

Première étape : les recherches. Afin de comprendre à quoi ressemblait le restaurant lors de son ouverture, John Whelan a parcouru les musées, bibliothèques et archives mises à sa disposition, afin de récréer l'univers féérique mis en place par le peintre Armand Segaud – à l'origine des panneaux de paon –, l'ébéniste Louis Majorelle ayant fabriqué le bar en acajou ou encore les céramistes Louis Trézel et Hippolyte Boulanger auxquels on doit les superbes panneaux de verre largement ornementés.
Si ces dernières années, le bouillon Julien semblait être passé à la machine à laver à cause de ses murs ternes et son mobilier patiné, il n'en était rien en 1906 ! A l'origine, les murs étaient vert menthe – couleur qui s'est estompée suite à des décennies d'enfumage –, un coloris ici réhabilité par les équipes de Guild of Saint Luke. Le mobilier a été poli, de la même manière que les carreaux de céramique au sol typiques de la Belle Epoque ont été restaurés.

Un dernier ajustement ? Si les brasseries années 1920 parisiennes ont vu leurs prix flamber ces dernières années, il ne faut pas oublier que celles-ci étaient à la base censées être bon marché. La carte a donc été mise à jour, proposant des plats simples – comme les poireaux vinaigrette ou encore le rumsteck –, ne dépassant jamais les 13 euros.

« Allez venez, Milord, vous asseoir à ma table ! »

Pour en savoir plus, visitez le site de John Whelan

Photographies : Joanna Maclennon



Logo-ML SiteADC

d'architectures en kiosque

SITEOK
 

MUUUZ Facebook likebox