Exposition : Houses for Superstars, l’architecture hypermédiatisée

Jusqu’au 15 mars, l’exposition « Houses for Superstars, l’architecture hypermédiatisée » organisée par la villa Noailles à Hyères (83), aborde l’hypermédiatisation de l’architecture par le prisme des maisons de stars. Une première pour le centre d’art d’intérêt national du Var, dont le bâtiment historique incarne la rencontre entre des commanditaires stars, les mécènes mondains Charles et Marie-Laure de Noailles, et un architecte moderniste célèbre, Robert Mallet-Stevens. Luxueuses, excentriques ou démesurées, ces résidences de vedettes ravissent les fans à l’image de la vie de leurs propriétaires.

Dans le cadre de son cycle annuel d’expositions d’architecture, la villa Noailles choisit cette année de mettre à l’honneur les maisons de stars, réalisées ou restées à l’état de projet, imaginées par des grands noms de l’architecture. Les commissaires de l’exposition, Audrey Teichmann, directrice de la Galerie Laurence Bernard à Genève (Suisse), ainsi que Benjamin Lafore et Sébastien Martinez Barat, fondateurs de l’agence MBL architectes, ont divisé le parcours en trois sections rendant compte des enjeux de ces architectures réalisées pour des vedettes.

La première, intitulée « Couples star », est l’occasion de questionner le statut de ces maisons extravagantes où se déploient souvent un goût pour l’excès, une volonté de contrôle et l’affirmation d’une notoriété. La section présente en effet les projets architecturaux, réalisés ou non, de personnalités publiques promues par les médias. On y retrouve notamment la maison moderniste (non réalisée) d’Adolf Loos pour la performeuse Joséphine Baker, la résidence en bois d’Horace Gifford pour le styliste Calvin Klein et la villa futuriste (non réalisée) en forme d’Œil oudjat, symbole protecteur dans l’Égypte antique, pour la top Naomi Campbell.
La deuxième réunit deux talents de la photographie d’architecture, François Halard et Romain Courtemanche. À l’occasion de l’exposition, les commissaires ont invité ces deux personnalités à immortaliser la Cupola, demeure mythique construite par Dante Bini en 1969 pour le couple formé par l’actrice sulfureuse Monica Vitti et le cinéaste de génie Michelangelo Antonioni. Ces deux séries inédites subliment les courbes de ce dôme en béton, si singulier, installé Costa Paradiso en Sardaigne (Italie), et aujourd’hui abandonné.
Enfin, le dernier temps du parcours présente ce que peut être une maison de star aujourd’hui. La villa Noailles a en effet donné carte blanche à six architectes pour imaginer l’édifice d’une star de leur choix, comme un remake de la compétition « House for a superstar » lancée par l’architecte japonais Arata Isozaki en 1976 qui proposaient à des architectes internationaux de dessiner une demeure pour une célébrité. Accattone esquisse une maison écologique sur pilotis pour la militante Greta Thunberg, DIXNEUFCENTQUATREVINGTSIX conçoit des espaces futuristes pour les Spice Girls, Etienne Descloux dessine un cocon intimiste pour la chanteuse Mariah Carey, Octave Perrault modélise des intérieurs luxueux pour l’influenceuse Kylie Jenner, Marc Leschelier élabore une maison insolite pour l’actrice Jayne Mansfield et le bureau d’architecture et d’urbanisme UR combine décoration dépouillée et lumière tamisée dans une demeure destinée au spationaute Thomas Pesquet.

Dans l'exposition « Houses for Superstars, l’architecture hypermédiatisée », les commissaires n’hésitent pas à mêler projets réels et fictionnels, historiques et contemporains, afin de dégager les spécificités des maisons de stars, où l’imagination créative des architectes semble pouvoir s’exprimer sans entraves.

Pour en savoir plus, visitez le site de la villa Noailles

Photographies : 

Partie 1 de l’exposition
• Adolf Loos pour Josephine Baker, Maison (non réalisée), Paris, France, 1927
• Horace Gifford pour Calvin Klein, The Calvin Klein House, Fire Island, États-Unis, 1972, © Sloan Yee
• Horace Gifford pour Calvin Klein, The Calvin Klein House, Fire Island, États-Unis, 1972, © Sloan Yee
• Luis de Garrido pour Naomi Campbell, Eye of Horus House (non réalisée), Isla Playa de Cléopâtre, Turquie, 2011, © Luis de Garrido

Partie 2 de l’exposition
• François Halard, La Cupola, Costa Paradiso, Sardaigne, Italie, 2020, commande photographique pour l’exposition © François Halard
• François Halard, La Cupola, Costa Paradiso, Sardaigne, Italie, 2020, commande photographique pour l’exposition © François Halard

Partie 3 de l’exposition
• DIXNEUFCENTQUATREVINGTSIX pour les Spice Girls, Houses for Superstars, 2020
• Marc Leschelier pour Jayne Mansfield, Houses for Superstars, 2020, © Luc Bertrand, copyright villa Noailles
• UR pour Thomas Pesquet, Houses for Superstars, 2020

Léa Pagnier