frendeites

Architecture

A Paris, le nouveau challenge relevé par TNT Architecture

Le projet prend forme aux derniers étages d’un immeuble des années 50. Il s’agit d’un duplex...

Le site du Cinéma Météore, lauréat de "Inventons la Métropole du Grand Paris"

Le groupe immobilier familial Galia remporte le concours de la troisième édition “Inventons la...

Le dernier projet de réhabilitation signé Franklin Azzi

L’architecte Franklin Azzi est connu pour son approche nourrie de l'entrecroisement des regards et...

Arts

L’hommage à Picasso de la galerie Jean-François Cazeau

La Galerie Jean-François Cazeau, installée à Paris dans le Marais depuis 2009, dresse des ponts entre...

À Roubaix, la Maison Fontaine présente des marteaux de porte d’exception…

Fondée en 1740, la Maison Fontaine est la plus ancienne serrurerie décorative en Europe....

Échos de l’Infini : une composition onirique imaginée par Julien Vermeulen

À l’occasion du PAD Paris, le plumassier Julien Vermeulen, représenté par Maison Parisienne,...

Design

Space Age : quand la conquête spatiale inspire le design

L'exposition "Space Age : quand la conquête spatiale inspire le design" s’interroge sur l'impact...

Design x Durable x Désirable : l’art de vivre responsable !

Une sélection d’objets ou projets français désirables, qui réenchantent notre quotidien, en...

David Trubridge : ce précurseur du slow design à l’ADN écologique

Voilà plus de 20 ans que le designer néo-zélandais David Trubridge est présent sur la scène du...

Intérieur

La Maruca de López de Hoyos à Madrid

C’est en plein cœur de Madrid que s’est installé le restaurant La Maruca dont l’approche...

Jakub Filip Novák pour la refonte d’un appartement à Prague

C’est à l’architecte Jakub Filip Novák que l’on doit la réalisation de ce projet d’appartement...

À Saint Barth, Oscar Lucien Ono, fondateur de Maison Numéro 20 signe “Romi”

À Saint Barth, sur l'île la plus exclusive des Caraïbes, à quelques pas de la plage de Saint-Jean, le Tropical...

Abonnement Newsletters
Logo-ML SiteADC

d'architectures en kiosque

 
 DAmars2023site

Muuuz : Quelle est l’influence exerce votre Bretagne natale sur vos créations ?
Ronan Bouroullec : La question des influences est toujours très compliquée. L’imaginaire est le résultat de beaucoup de choses, de ma jeunesse, de mes rencontres, de mes voyages… Je suis profondément attaché à la Bretagne, qui est un territoire que j’adore. J’y suis presque malgré moi extrêmement lié. J’ai besoin souvent de venir tout le temps, ça me manque beaucoup. L’influence exacte est difficile à définir. Il y a peut-être un contexte familial rural dans lequel il y a une certaine simplicité, une évidence, un rapport aux choses presque pratique. Il y a un imaginaire qui serait à la fois de simplicité et de relation avec nature. Il est très difficile, objet après objet, de retrouver exactement ce qui fait la mémoire d’une réflexion. Le travail du design est un travail long. Il ne suffit pas d’avoir une idée. C’est plus complexe que cela.

La dimension organique de vos objets est-elle inspirée par les paysages dans lesquels vous avez grandi ?
Aujourd’hui, on est dans un monde où les références sont probablement plus internationales. Je me sens beaucoup plus proche de designers japonais, anglais, ou scandinaves, que de designers français. Je ne sais pas très bien d’où cela vient. Ce que j’aime particulièrement dans les paysages, c’est la relation des choses entre elles. Le lien organique des choses entre elles me fascine particulièrement. C’est ce que j’aime dans l’architecture et dans les objets. Il est probable que l’environnement dans lequel j’ai grandi m’inspire, mais je suis toujours très prudent avec la notion d’inspiration. Les sources ne sont pas toujours aussi si évidentes. Je viens d’un monde où il n’y avait pas internet. Je pense qu’un certain imaginaire a eu lieu avant, mais je suis fasciné parce que les images diffusées sur internet. C’est une source d’inspiration qui importe pour moi. J’ai la chance de voyager énormément, donc de voir des cultures différentes. Je suis inspirée par le Japon, par l’Italie également. L’Italie nous a fait connaître très jeunes dans le secteur du design. Le travail d’une couturière dans un atelier à Milan, par exemple, me passionne. Le design est une discipline de contexte, et pas seulement une discipline d’idées. Le design est une discipline qui demande à trouver des réponses justes dans des contextes particuliers. Notre travail est très vaste, car il va d’une télévision pour Samsung à une collaboration avec des maîtres artisans japonais. Ces projets variés ne s’abordent pas de la même manière. L’empathie est une qualité importante pour un designer. Il faut comprendre au mieux les artisans et la manière dont ils travaillent. Chaque projet a vraiment son histoire. Ma frayeur est de me répéter. Quand on réfléchit à un nouveau projet, c’est toujours l’occasion de se remettre en question.

Quel rapport entretenez-vous avec l’artisanat ?
Je suis un créateur, mais je préfère travailler avec des spécialistes et privilégier le savoir-faire exact. En tant que designer, je suis un généraliste. J’adore passer du temps avec des couturières pour comprendre comment simplifier le geste, comment cette couture serait plus facile à passer, ou comment le détail devient extraordinaire. Aller visiter un atelier et voir le prototype, c’est le moment où les choses se révèlent. À chaque fois, il y a énormément de paramètres à prendre en compte dans un projet. Un objet « juste » est une synthèse de différents enjeux. Quels matériaux utiliser ? Quel recyclage privilégier ? Quel langage choisir ? Les questions de l’écologie et de la durabilité se posent aussi. Selon les projets, il y a une manière de considérer et d’anticiper les enjeux.

Comment envisagez-vous de créer en duo ?
Créer en duo, cela existe depuis très longtemps, dans la musique, dans le cinéma… Je n’envisage pas de créer en duo, je le fais. Avec Erwan, nous travaillons depuis plus de vingt ans ensemble. J’ai eu la chance d’avoir du succès très jeune, mais désargenté. Erwan est venu m’aider. Il était déjà précurseur d’une connaissance numérique tout à fait exceptionnelle à l’époque, ce qui a beaucoup fait évoluer notre méthodologie de travail et notre manière de penser. Après quelques années, on a commencé à signer ensemble. On a eu la même table de travail pendant longtemps, puis deux tables séparées. Aujourd’hui, on a chacun notre place, mais on discute quotidiennement pour trouver des solutions à deux.

Comment définiriez-vous le dialogue qui s’instaure entre votre créativité et celle de votre frère ?
Il n’y a pas de règles. La créativité peut se construire très simplement, et parfois non. Quand nous ne sommes pas d’accord, nous ne cherchons pas le compris. Il est toujours question de faire le meilleur projet possible. Le dialogue se fait entre Erwan et moi, mais aussi entre nous et des assistants, des artisans ou des entreprises.

Quel projet rêvez-vous de réaliser ?
Il n’y a pas de hiérarchie dans les projets réalisés. J’aime beaucoup les objets génériques simples, que l’on trouve à la terrasse d’un café, comme une table bien faite, une chaise empilable délicate. J’adore le quotidien. Tout m’intéresse, des petites considérations aux projets les plus vastes. L’urbanisme m’intéresse de plus en plus parce que c’est une manière de s’adresser à un public plus large.

Quelles sont vos actualités ?
Nous travaillons sur de nombreux projets. Des projets numériques en Corée, une invitation du ministère de la culture japonais pour développer des projets singuliers au Japon, des nouveaux aménagements urbains, notamment à Paris avec la Fondation Pinault pour laquelle nous réalisons l’ensemble des objets que l’on y trouvera.

Pour en savoir plus, visitez le site de Ronan et Erwan Bouroullec.

Photographies : © Studio Bouroullec

Léa Pagnier



Logo-ML SiteADC

d'architectures en kiosque

SITEOK
 

MUUUZ Facebook likebox