frendeites

Situé au sein de la ZAC Saint Martin du Touch à Toulouse, le projet a pour objet la réalisation de 78 logements collectifs, 20 villas et des jardins partagés.

Le terrain de la Source de Lilhac s’inscrit en bord du Touch, dans un écrin de verdure. Localisé à l’ouest de l’agglomération toulousaine, le projet se trouve à proximité de la rocade Arc en Ciel et de la ZAC des Ramassiers. Il est accessible depuis le chemin de Tournefeuille, à mi-distance entre l’avenue Jean Jaurès et la ligne C. Ses terres sont d’anciennes parcelles maraîchères et viticoles dont on peut encore voir les traces. Le terrain présente une légère pente vers le Touch et offre des qualités paysagères remarquables par ses franges boisées le long des deux ruisseaux : le Touch à l’est et l’Armurier au nord, avec une orientation principalement au sud-est.

Le projet de la Source de Lilhac est formé de trois îlots - A, B et C - de tailles différentes mais présentant les mêmes qualités et fonctions. Ils accueillent des logements intermédiaires. Tous sont traversant et répartis sur des bâtiments en R+2 et R+3. Les volumes en R+3 sont ponctuels et tournés vers le Touch offrants de grandes terrasses orientées vers le paysage. Les îlots s’organisent autour d’une cour urbaine réinterprétant le caractère des cours « toulousaine » qui regroupe l’ensemble des services communs, hall, adressage, accès aux cages d’escalier, stationnements et collecte. Ces cours, accessibles depuis la voie, sont ombragées, couvertes d’une pergola permettant l’intégration du stationnement des résidents. Leur orientation en peigne perpendiculaire au chemin du Tournefeuille reprend l’implantation historique des maraîchères, ce qui permet d’éviter tout vis-à-vis et d’orienter les appartements traversant est-ouest. Chaque logement est accessible depuis une cage d’escalier extérieure, véritable faille ouverte sur le paysage, fractionnant l’ensemble de l’îlot bâti. Ces failles de circulation créent des passages entre les cours des îlots et les espaces verts communs.

Entre chaque ensemble bâti sont aménagés de larges espaces verts accessibles depuis la voie interne créée. Ces espaces verts « en doigts de gants » ouvrent complètement le projet sur le Touch, ses berges et sa forêt ripisylve. Des tables arbustives sont plantées en pied de chaque bâtiment pour mettre à distance les logements des rez-de-chaussée et les espaces verts communs. En proue des îlots, en contrebas des socles bâtis, des jardins partagés sont aménagés sur le terrain naturel côté Touch.

Chaque logement intermédiaire bénéficie d’un jardin en plus de leur propre terrasse privative. Ces jardins sont accessibles depuis les espaces verts communs entre les îlots et depuis les espaces verts publics en bord du Touch. Plus qu’un clin d’œil à l’activité maraichère présente sur le terrain autrefois, les jardins partagés contribuent aux espaces de vie du quartier. Ils sont à proximité des autres espaces publics de loisirs (aire de jeux, promenade et espaces de détente) en bords de Touch.

Les façades des bâtiments présents dans les îlots sont traitées selon un principe unique : côté cour intérieure, les façades sont bardées d’une tôle travaillée en acier thermo laqué teinte gris clair. Côté loggias et espaces vert, les façades en fond de loggia sont en enduit blanc et en premier plan les façades courantes sont en tôle sculptée, également en acier thermo laqué teinte gris clair. Cette même tôle se décline sur les gardes corps en tôle perforée.

 

Visuels © : Roland Halbe

 



Logo-ML SiteADC

d'architectures en kiosque

SITEOK
 

Affichage contextuel MAGAZINE