frendeites

La création du Grand équipement documentaire à Aubervilliers s’inscrit dans le vaste plan de décentralisation des universités engagé à l’échelle nationale dont le Campus Condorcet fait partie.

Le parti architectural a été développé afin de répondre aux enjeux de la politique de décentralisation de l’enseignement et son intégration dans les territoires. La création du Campus Condorcet vise en effet à une meilleure répartition géographique des universités et, par voie de conséquence, à l’accès au savoir pour tous. 

L’architecture est en totale cohérence avec ces ambitions et a été pensée en tant que futur Learning Center, pour concrétiser des intentions pédagogiques pionnières grâce à une diversification des programmes, une ouverture sur la ville et une adaptation aux nouveaux modes de travail collaboratif des enseignants et étudiants. 

Finalement, l’architecture est mise au service d’un nouveau paradigme d’enseignement. L’édifice se compose de deux grands volumes asymétriques, reliés par deux bâtiments ponts, à l’image de la multitude de ponts qu’établit le GED entre les savoirs, les êtres, l’environnement, le lieu.

Les façades métalliques opaques non porteuses sont animées par la danse des différentes dalles claires obliques et des balcons en métal gris qui tantôt pénètrent, tantôt jaillissent des bâtiments, allégeant le poids et la masse. Ces façades ont des propriétés thermiques performantes et assurent une maintenance aisée. 

Les volumes sont pensés comme un écho de ces châteaux de l’industrie qui peuplaient autrefois le territoire d’Aubervilliers. Le système de façades de verre avec stores vénitiens filtrants a été choisi pour apporter la lumière naturelle. Il est rythmé par des modules verticaux habillés de métal dont la structure même évoque le passé industriel du site. 

Pensé de manière rationnelle, le projet privilégie les économies de moyens, notamment par la mise en œuvre de formes simples, tout en offrant des espaces généreux et fonctionnels, propices à l’étude et à la recherche. Les espaces lumineux sont hiérarchisés par le biais de transitions très travaillées entre les sphères publiques et plus intimes, et tous sont en relation avec l’extérieur.

En ce qui concerne la relation avec le quartier, le GED marque une différence fondamentale avec les ateliers industriels historiques. Quand ces derniers faisaient preuve d’une relative opacité et d’un caractère introverti, le nouvel équipement a pour caractéristique principale d’être totalement ouvert sur son environnement, et ce à tous les niveaux. 

La transparence du rez-de-chaussée est manifeste. Elle est pensée comme une invitation à découvrir et à pratiquer les espaces de coworking, les espaces libres, la librairie, la cafétéria, ou encore le forum. 

Transparence et porosités ont été conçues pour attirer la jeunesse du quartier vers la connaissance, tel que le concept de Learning Center le préconise. Au-delà de la transparence, un système de rues traversantes, notamment l’axe diagonal central, renforce cet appel à pénétrer dans le bâtiment, qui se veut un espace public. 

Cet axe est devenu, au fil de la conception, la colonne vertébrale du Campus et en même temps un lien spatial entre l’ensemble des étudiants et des chercheurs.

 

Visuels © : Sergio Grazia

 



Logo-ML SiteADC

d'architectures en kiosque

D'A
 

Affichage contextuel MAGAZINE