Le projet centralise les fonctions d’enseignement au nord de la rue Jaafar Assadik dans un ensemble architectural composé de trois volumes qui se déploient du nord au sud : salles de classes, salle polyvalente et villa de la direction.

Le bâtiment d’enseignement est un parallélépipède qui s’organise autour d’un patio planté par des arbres adaptés au climat marocain : palmiers, ficus,… Un jeu d’escaliers et de coursives dessert les salles de classe.

Pour renforcer la porosité du bâtiment vis à vis de la bande d’arbres remarquables existante, les architectes ont créé une multitude de creux dans les façades qui prennent la forme de patios de fraîcheur, terrasses et jardins suspendus plantés. Ils découpent des vues sur l’extérieur. Un jeu de végétalisation qui étend la présence des jardins au cœur de l’établissement. Au fil du temps, les plantes grimpantes vont recouvrir les façades pignon via un système de câble tendu, accentuant ainsi la sensation d’un bâtiment immergé au cœur d’une nature luxuriante.

De son côté, l’extension, un long bâtiment orienté est/ouest, nécessitait une protection solaire efficace pour garantir le confort estival des usagers. Une peau de brise-soleils verticaux de couleur blanche, en béton allégé est ainsi venue le recouvrir. Chaque ailette oriente la lumière naturelle vers les salles tout en les protégeant des rayons solaires. Ils permettent également de répondre à la forte contrainte sécuritaire inhérente au lycée français.

Un ouvrage, situé sous le climat méditerranéen, qui fonctionne sans chauffage, ni climatisation, ni ventilation mécanique. La maintenance et l’entretien ont également été pensés pour être très simples.

L’arrosage du patio a été conçu selon un système de récupération des eaux usées des lavabos combiné à l’utilisation d’un savon écologique. Les plantations sont ainsi arrosées quotidiennement par les élèves qui utilisent les lave-mains.

La végétation luxuriante revêt un rôle de régulateur thermique important. Dans chaque salle de classe, des fenêtres qui s’ouvrent à la fois côté coursives et vers les extérieurs permettent de faire circuler l’air efficacement pour ventiler et rafraîchir les locaux.

Les murets paysagers ont été réalisés avec les blocs de béton ou de pierre issus de la démolition des bâtiments préexistants au projet.

La conception bioclimatique et peu technologique a été poussée sur le projet aussi bien comme réponse technico-économique que comme démonstrateur pédagogique pour les jeunes générations accueillies dans cet établissement… 

 

Visuels © : Edouard Decam



Logo-ML SiteADC

Book des Lauréats des MIAW

 
 BOOK MIAW INNOVATION 2023 COUV

d'architectures en kiosque

DA316SITE